Projets / Eau

Bioplate-formes de massettes flottantes

En 2015, l’entreprise manitobaine Curry Industries a établi un partenariat avec la Municipalité rurale de Taché, la Manitoba Conservation Districts Association (MCDA), Prairie Agricultural Machinery Institute (PAMI), le Conseil national de recherches (CNR – Canada), Red River College ainsi que Providence University College afin de lancer un projet pilote à Otterburne, MB.

L’objectif de l’initiative sera de déterminer si des bioplate-formes flottantes sur lesquelles ont été plantées des massettes (aussi communément appelées « quenouilles ») peuvent être utilisées afin de traiter les eaux usées que l’on retrouve dans les bassins d’épandage municipaux ainsi que d’autres étendues d’eau.

Le projet pilote du système de récolte à partir des bioplate-formes pour massettes a donc été initié afin de développer une technologie novatrice qui rend possible l’élimination du phosphore des systèmes aquatiques naturels ainsi que des bassins d’épandage, ce qui pourrait éventuellement aboutir au déploiement commercial du système ainsi que sa mise en oeuvre au sein d’autres municipalités à travers le Manitoba et les autres provinces canadiennes.

UntitledLes prototypes des bioplate-formes de massettes flottantes ont été conçues et construites par Curry Industries Ltd. à Winnipeg. Le concept consiste de la plantation de mottes de massettes dans des bacs flottants qui sont ensuite placés dans une plus grande structure flottante. La bioplate-forme est ensuite déployée dans le marais (ou bassin d’épandage/de rétention) et, une fois que les plantes ont atteint leur maturité, la plate-forme est ensuite remorquée vers la rive afin de procéder à la récolte.

Afin de pouvoir soustraire avec succès les éléments nutritifs (phosphore et azote, entre autres) séquestrés des massettes, l’on explore des options en ce qui a trait à la récolte de la biomasse, y compris le potentiel de celle-ci en tant que biocarburant ou matière première, ainsi que source de carbone pour le compostage. Lorsque que les massettes seront éventuellement récoltées pour une production commerciale à plus grande échelle, il serait possible de les transformer en de petits cubes ou granulés qui pourraient être brûlés afin de fournir de la chaleur, par exemple.

Cela pourrait s’avérer être une solution de rechange plutôt utile au charbon, car l’interdiction de la province en ce qui a trait à l’utilisation de celui-ci à des fins de chauffage entrera en vigueur le 1er juillet, 2017. Ainsi, les bioplate-formes de masseuses flottantes pourraient en fin de compte fournir aux Manitobains une source de chauffage à la biomasse semblable au bois.

Le potentiel existe en ce qui a trait à plusieurs autres applications pour cette technologie, y compris la restauration des terres humides, la séquestration et l’enlèvement des éléments nutritifs des étendues d’eau naturelles ainsi que les bassins de retenue des eaux pluviales, en plus du traitement des eaux usées municipales.

Les bioplate-formes de massettes pourraient également procurer les avantages suivants : 1) Il est possible qu’elles pourraient contribuer à dissiper l’énergie des vagues et aider à promouvoir l’accrétion sédimentaire à long terme, ce qui permettrait à la végétation naturelle de croître; 2) Elles auraient le potentiel de fournir un habitat restauré pour la faune et les poissons et 3) Elles pourraient être utilisées à des fins d’éducation et pour l’engagement du public en ce qui concerne la restauration des terres humides, surtout durant les temps de récolte aux abords des étendues d’eau.

L’on prévoit mettre en oeuvre ce projet pilote des bioplate-formes de massettes flottantes en avril 2016, avec une date d’achèvement prévue pour la fin du mois d’octobre 2018.