Projets / Déchets

Projet de réacheminement vers la production à valeur ajoutée (Ville de St. Paul, AB)

Au cours des quelques dernières décennies, il est devenu de plus en plus évident que le réacheminement des déchets vers des installations de production à valeur ajoutée (aussi connu sous l’appellation de ‘valorisation énergétique’) doit être perçu comme étant l’une des pierres angulaires de tout système de gestion des déchets ainsi qu’un moyen d’assurer des sources d’approvisionnement en énergie pour l’avenir.

Une installation de production à valeur ajoutée a le potentiel de générer toute une gamme d’extrants : électricité, chauffage centralisé/local/régional, métaux ferreux récupérés, digestat (que l’on peut ensuite utiliser en tant que fertilisant dans le secteur agricole), etc. Ainsi, les déchets résiduels qui ne peuvent être recyclés d’une manière avantageuse sur le plan économique ou environnemental deviennent une source d’énergie précieuse aussi bien que source potentielle de revenu.

Each year, 285,000 tonnes of municipal solid waste (MSW) - approximately 25 percent of Metro Vancouver’s post-recycled waste - are converted into 940,000 tonnes of steam at the Covanta Burnaby waste-to-energy facility.

Each year, 285,000 tonnes of municipal solid waste (MSW) – approximately 25 percent of Metro Vancouver’s post-recycled waste – are converted into 940,000 tonnes of steam at the Covanta Burnaby waste-to-energy facility.

À chaque année, 285 000 tonnes de déchets solides municipaux (DSM) – environ 25 pour cent des déchets recyclés du Grand Vancouver – sont transformés en 940 000 tonnes de vapeur à l’installation de valorisation énergétique de Covanta à Burnaby

Qui plus est, des études de faisabilité démontrent constamment que la plupart des installations de production à valeur ajoutée sont plus performantes que d’autres processus de gestion des déchets lorsqu’il s’agit de réduire l’empreinte carbone ainsi que d’atténuer les autres impacts sur l’environnement, en plus d’être éligibles aux crédits compensatoires des GES de l’Alberta.

La région de St. Paul dans le nord-est de l’Alberta inclut six municipalités rurales dont la Ville de Saint-Paul, Bonnyville, Cold Lake, Lac la Biche, Elk Point et le Comté de Saint-Paul No 19. La région génère environ 50 000 tonnes de déchets solides municipaux à chaque année et présentement l’on y retrouve huit petits sites d’enfouissement des déchets.

Récemment, la collecte des déchets solides municipaux et les coûts d’enfouissement de ceux-ci ont connu une hausse vertigineuse et à l’heure actuelle les frais de déversement aux sites d’enfouissement se situent à environ 150 $ pour chaque tonne. C’est là une des raisons principales pour laquelle cette région entrevoit le développement d’une installation de production à valeur ajoutée, ce qui aboutirait à des synergies avantageuses entre les partenaires municipaux ainsi qu’à des retombées financières et environnementales positives.

La Ville de Saint-Paul et ses partenaires municipaux veulent ainsi devenir des chefs de file régionaux ainsi qu’au niveau provincial en ce qui a trait à la récupération des déchets solides municipaux et la transformation de ceux-ci en une forme d’énergie renouvelable, avec l’objectif d’avoir une province qui ne compte aucun site d’enfouissement (la date cible a été fixée par la Province de l’Alberta à l’an 2050).

L’étude de faisabilité proposée par Saint-Paul et ses partenaires régionaux pour une installation de production à valeur ajoutée comprendra les composantes suivantes :

  • Compréhension de la quantité, propriété et composition du flux de déchets régionaux (étude de caractérisation des déchets/matières résiduelles;)
  • Évaluation des technologies disponibles à l’heure actuelle pour une installation telle que proposée par les partenaires;
  • Examen d’un modèle de gouvernance approprié pour l’installation ainsi que l’utilisation éventuelle de l’énergie générée à partir des matières récupérées et
  • Une étude pré-FEED (‘Front End Engineering Study’ – activités d’ingénierie et de conception préliminaires).

Le résultat attendu de l’étude de faisabilité sera la capacité de prendre une décision éclairée à savoir si l’on devrait procéder ou non avec le financement et la construction d’une installation de production à valeur ajoutée.

Le diagramme qui suit illustre une des configurations possibles d’une installation de production à valeur ajoutée :

Untitled

Tel qu’indiqué plus haut, les technologies qui pourraient entrer en jeu afin de traiter les intrants à l’installation, y compris la biomasse agricole et forestière, sont les suivantes : 1) séparation des déchets; 2) traitement biologique pour les déchets organiques humides, et 3) traitement thermique pour les déchets organiques secs, y compris le papier sec, les matières plastiques, les déchets de bois ainsi que les textiles.

Les résultats et avantages attendus de cette initiative sur le plan environnemental sont :

  • Une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES);
  • Une réduction de l’empreinte carbone des communautés impliquées;
  • Démonstration à d’autres communautés rurales de la possibilité de travailler ensemble vers la création d’une province sans sites d’enfouissement;
  • Production d’énergie pour les édifices et parcs de véhicules municipaux;
  • Une réduction du niveau d’énergie utilisé par les édifices municipaux et
  • Une réduction de la consommation de carburant et moins de kilomètres parcourus par les véhicules afin de déverser les déchets.