Projets / Énergie

Biomasse : source d’énergie renouvelable de demain

Il est fort possible que la biomasse sera bientôt la source d’énergie qui va contribuer de plus en plus envers l’atteinte des objectifs en matière d’énergie renouvelable au Canada et ailleurs dans le monde au cours des années et décennies à venir.

La ‘filière’ biomasse consiste de plusieurs grandes familles de déchets/produits :
– biomasse solide : bois, de déchets de bois, déchets forestiers, pellets, etc.;
– déchets organiques (agricoles, ménagers et industriels) et
– biomasse liquide : combustibles liquides tels que le bioéthanol et le biodiésel.

Qui dit biomasse implique donc masse ou quantité totale de la matière organique qui provient ou qui est dérivée des organismes vivants ou morts dans un milieu particulier, à un moment donné. La biomasse englobe donc la fraction biodégradable des produits de l’agriculture, de la foresterie et des industries connexes. Elle comprend les résidus et les déchets provenant des arbres, des plantes et des cultures, les carcasses d’animaux ainsi que les sous-produits alimentaires.

Afin de valoriser de façon énergétique la biomasse, les communautés qui exploiteront ce secteur devront être en mesure de fournir une série de technologies adaptées à chaque type de biomasse: technologies de gazéification, combustion directe, biométhanisation, pyrolyse, etc.

Une première initiative a déjà été lancée dans ce secteur par Éco-Ouest et inclut des partenaires tels que Hydro Manitoba, Biovalco Inc. (entreprise reconnue à l’échelle internationale en ce qui a trait à la valorisation de la biomasse agricole et forestière), Industrie Canada, l’Université de Winnipeg, la Première Nation de Sagkeeng ainsi que la Coop fédérée au Québec.

Cette dernière jouera un rôle de premier plan quant à la collecte de renseignements qui contribueront à compléter un bilan de rentabilité qui permettra la mise en place de chaudières de chauffage à la biomasse au Manitoba.

Au printemps de 2011, du financement en provenance de Hydro Manitoba ainsi que du Programme communautaire de réduction des gaz à effet de serre (CLER) – par l’intermédiaire de la Municipalité rurale de De Salaberry (avec l’appui du CDEM) – a permis au Providence University College à Otterburne de faire installer un système de chauffage à la biomasse. Ce dernier fournit de l’énergie à trois grandes salles du collège, et le résultat en a été une réduction de plus de deux tiers des émissions de gaz à effet de serre de cet établissement d’enseignement.

Éco-Ouest souhaite réaliser six projets en 2015-16. La valeur estimée de ces derniers se chiffre présentement à 3 000 000 $. Par la suite, l’on prévoit la réalisation d’une dizaine de projets par année.

Tel qu’indiqué plus haut, il sera nécessaire d’avoir accès aux données du marché. À cette fin, une demande de financement a été préparée pour soumission de projet à Industrie Canada, et dont l’objectif principal est le suivant : sensibiliser les municipalités rurales de l’Ouest canadien en ce qui a trait à l’option de chauffer à la biomasse. Cela leur permettrait de trouver une solution à plusieurs de leurs préoccupations, telles que : diminuer leur facture énergétique et leur empreinte carbone, réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et créer une richesse régionale tout en réalisant un projet communautaire porteur de fierté pour la région.

À cette fin, Éco-Ouest vise à élaborer un outil de vulgarisation du chauffage à la biomasse qui permettra aux municipalités de trouver une réponse aux questions suivantes :

  • En quoi consiste le chauffage à la biomasse et quels en sont les avantages ?
  • À qui ce procédé technologique s’adresse-t-il, et comment est-ce que cela fonctionne ?
  • Est-ce rentable d’effectuer une conversion à la biomasse, et combien cela pourrait-il coûter ?
  • Quelles sont les sortes de biomasses utilisées, et la disponibilité de celles-ci ?
  • Quelles sont les étapes à franchir afin d’être en mesure de réaliser de tels projets ?

Avec la biomasse, l’équipe Éco-Ouest vise donc à offrir des solutions pour diminuer l’empreinte carbone des municipalités. Selon toute évidence, il existe une abondance de biomasse dans les régions rurales. Cependant, il y a un manque de capacités et de connaissances municipales afin de pouvoir faciliter une transition aisée à la biomasse.

Voilà la raison pourquoi il est important de faire connaitre les avantages de chauffer avec de la biomasse, ce qui pourrait être une solution très avantageuse pour plusieurs municipalités canadiennes dans un avenir rapproché.